Quiz : Quel est votre niveau en termes de secourisme ?

QUIZ : QUEL EST VOTRE NIVEAU EN TERMES DE SECOURISME ?

Chaque jour, une personne est victime d’un malaise ou d’un accident du travail. Heureusement, il existe des gestes simples, comme le massage cardiaque ou encore le bouche-à-bouche, qui permettent de venir en aide à une personne en danger en attendant l’intervention des secours.

Face à un individu qui fait un malaise, que faut-il faire ? Comment réagir ? Comment organiser les étapes à réaliser pour lui venir en aide ? Que faut-il dire à la victime ? Qui contacter ? C’est ce que nous vous apprenons à travers nos formations autour du secourisme, (Premiers Secours, Sauveteur Secouriste du Travail, Gestes et comportements qui sauvent) . L’objectif de ces formation est de vous transmettre les compétences nécessaires pour que vous soyez capable de vous protéger, protéger les autres, alerter les urgences tout en portant secours à une personne dans la rue, un collègue de travail ou encore un proche.

Ces formations s’adressent à tout le monde, sans prérequis spécifique. Une première partie théorique vous est présentée avant de passer à des exercices pratiques afin que vous assimiler bien les gestes à réaliser.

Secourisme : une personne est victime d’accident sous vos yeux, êtes-vous prêt à réagir en urgence ?

Testez vos connaissances grâce à notre Quiz Secourisme et découvrez votre niveau.

À vos marques, prêt, jouez !

Découvrez nos autres quiz !

Partagez cet article

Quiz : Êtes-vous un pro de la sécurité incendie ?

QUIZ : ÊTES-VOUS UN PRO DE LA SÉCURITÉ INCENDIE ?

Un incendie peut se déclarer à tout moment, n’importe où et les dégâts peuvent être dramatiques. Pour lutter contre ce risque et supprimer tout départ de feu, il est essentiel de mettre en place des mesures techniques et organisationnelles. Bien que les répercussions humaines restent relativement faibles, les conséquences socio-économiques sont cependant très importante. 70% des entreprises qui ont été victime d’un incendie ferme définitivement dans les mois suivants. Prendre en compte la sécurité incendie dans votre entreprise est primordial pour votre sécurité mais également celles de vos collaborateurs.

La prévention contre le risque incendie s’établie le plus en amont possible, dès la conception du bâtiment par exemple. L’employeur devra veiller à respecter la réglementation générale concernant la sécurité incendie mais il devra également appliquer les normes qui répondent à son type d’établissement.

En tant que salarié de votre entreprise et si cela devait se produire sur votre lieu de travail, pensez-vous avoir les connaissances nécessaires sur le sujet ?

Répondez à notre quiz sur la sécurité incendie et évaluez votre niveau !
Bonne chance et n’hésitez pas à partager votre score sur vos réseaux sociaux avec notre #safetyfirstformation!

Testez également vos connaissances sur nos autres quiz.

Partagez cet article

Formation secourisme : vous aussi pouvez sauver des vies !

FORMATION SECOURISME : VOUS AUSSI POUVEZ SAUVER DES VIES

Chaque jour, une personne se retrouve victime d’un malaise ou d’un accident du travail. Heureusement, il existe des gestes simples qui permettent de sauver des vies, mais pour cela, ils doivent être parfaitement exécutés.

Si cela devait se produire un jour sous vos yeux, seriez-vous capable de porter secours, tout en gardant votre calme ? Connaissez-vous vraiment les gestes et comportements qui vous permettront d’intervenir en toute sécurité ?

Sauver des vies, c’est possible si l’on connaît les bons gestes

Il faut se former pour être prêt ! SafetyFirst Formation a développé plusieurs formations autour de la thématique du secourisme. Chaque formation apporte les connaissances nécessaires pour exécuter les gestes de premiers secours en attendant l’intervention des pompiers, des gestes vitaux, qui vous permettront de sauver des vies.

Quelles sont les principales différences entre chaque formation et comment choisir celle qui vous correspond ? Toutes les formations permettent d’apprendre et s’exercer de façon intensive aux gestes qui sauvent. Certaines intègrent en plus, une partie prévention afin de vous apprendre comment éviter certains risques. Cela peut être par exemple, tous ce que vous allez pouvoir mettre en place dans votre entreprise, pour éviter au maximum qu’un accident ne se produise.

Formation secourisme : trouver le programme qui convient !

Les formations s’adressent à tous, sans pré-requis particuliers. La partie pratique représente soit 100% soit 80% de la formation, selon le programme choisi. À l’issue de chaque formation, vous êtes capable de porter secours à une personne en danger, en pratiquant les bons gestes et comportements d’urgence avec précision !

L’objectif de chacune de ces formations est de maîtriser les gestes qui sauvent. En cas d’accident, vous devez être capable de vous protéger, de protéger les autres et d’alerter les urgences, tout en portant secours.

Découvrons à présent ces trois formations !

1. Formation Gestes et Comportements qui sauvent

Durée : 2 heures

Méthode : Vous travaillez exclusivement sur des mises en situation, afin de vous exercer et de mettre en pratique, dans des conditions réalistes, les gestes d’urgence.

2. Premiers secours

Durée : 7 heures

Méthode : En plus des entraînements poussés que propose la formation précédente, vous suivrez en amont une formation pratique, pour comprendre quand et comment réaliser les gestes techniques du secourisme.

3. Formation Sauveteur Secouriste du Travail – SST

Durée : 2 jours

Méthode : Cette formation est la plus complète. En plus d’apprendre à intervenir en toute sécurité, elle vous offre la possibilité, d’être formé à la prévention du risque en milieu professionnel. C’est une partie importante de la formation, car elle va vous aider à comprendre comment éviter les risques et limiter les accidents au sein de votre structure. À l’issue de cette formation, vous obtenez une certification et êtes reconnu comme un acteur de la prévention dans votre entreprise. Même si vous n’avez pas comme objectif de devenir préventeur dans votre entreprise, cette formation vous donne toutes les connaissances nécessaires en matière de prévention du risque.

Vous l’aurez compris, se former, c’est oser sauver des vies, n’attendez plus ! Contactez-nous.

Partagez cet article

BTP : des technologies au service de la prévention des accidents du travail

BTP : DES TECHNOLOGIES AU SERVICE DE LA PRÉVENTION DES ACCIDENTS DU TRAVAIL

Dans le bâtiment et les travaux publics, le défi de la sécurité est un gros enjeu. Organismes, incubateurs et ingénieurs cherchent à trouver des solutions pour agir sur la pénibilité, la sécurité et la prévention des risques. 

Le BTP parmi les secteurs les plus touchés par les accidents du travail

En 2018 en France, le secteur représentait 15% des maladies professionnelles, et 14% des accidents du travail, dont les 3 causes principales sont la manutention manuelle, les chutes, et l’outillage à main*.

Parallèlement à ces chiffres, on constate une volonté d’adapter ses habitudes de travail pour réduire les contraintes et chocs physiques prolongés. Ces résolutions professionnelles s’expliquent par une prise de conscience progressive mais déjà bien engagée du danger lié aux conditions difficiles d’exercice de ces métiers, mais surtout des conséquences qui en résultent : 39% des artisans du BTP se déclarent ainsi en mauvaise santé, et 68% d’entre eux disent souffrir de douleurs musculaires**.

btp-accidents-du-travail

Nouvelles initiatives et intérêt croissant pour la technologie

Grâce aux études, à la prévention, et à la diffusion de l’information, les artisans et ouvriers du BTP ont désormais un regard différent sur la pénibilité de leur travail et **46% d’entre eux s’intéressent de près aux EPI (Equipement de Protection Individuelle) et aux dispositifs de balisages connectés pour sécuriser les zone de chantier.

L’impact des technologies sur les chantiers se fera autant ressentir auprès des salariés que des patrons en répondant à des objectifs humains, techniques, et organisationnels. Ceci se traduit grossièrement par une hausse de la productivité d’un côté, et d’un autre par la diminution des risques avec des gestes et postures de travail adaptés, une réactivité d’alerte plus efficace lors d’un accident, et une cohabitation engin et homme mieux contrôlée, notamment grâce à une meilleure visibilité sur les zones dangereuses.  

Si de telles avancées voient le jour, c’est aussi grâce aux accélérateurs de start-up spécialisés tel que « Santé – Prévention dans le BTP » qui accompagne les projets en faveur de la santé et de la qualité de vie au travail des salariés du BTP.

Preuve de cet engouement sur le plan technologique, le nombre de robot disponibles sur le marché et permettant d’alléger les tâches a été multiplié par 10 en seulement 5 ans.

Les robots d’assistance aux efforts

Côté technologie, plusieurs catégories se démarquent pour prévenir autant que diminuer le risque d’accidents sur chantier, et les robots en font partie. Si les robots 100% opérationnels pour remplacer l’homme sur des activités physiquement contraignantes font débat, les exosquelettes eux fascinent et intéressent de plus en plus les entreprises, tout en étant bien mieux accueillis par les salariés.

btp-accidents-du-travail

A destination des salariés dont la tête et le regard sont continuellement dirigés vers le haut, l’entreprise VIZ-O a mis au point un exosquelette permettant de soutenir les cervicales. Le système dynamique repose sur l’accompagnement du poids de la tête tout en suivant le mouvement des cervicales pour les soulager et éviter les douleurs.

L’entreprise K-Ryole s’est inspiré de son produit phare, une remorque électrique intelligente pour vélo, pour réaliser à la demande d’une entreprise de construction une brouette intuitive permettant de transporter sans efforts jusqu’à 250 kg et peu importe l’état du terrain.

Enfin, les artisans du BTP peuvent attendre avec impatience la solution encore en incubation de la société Moten technologies qui permettra de prévenir les troubles musculo-squelettiques (tendinites, lombalgies, etc.). Le fonctionnement de cette technologie repose sur l’écoute des sons et vibrations émis par les muscles du corps, qu’elle analyse ensuite en temps réel pour déterminer lorsque la sollicitation est trop importante et qu’une pause dans l’activité devient nécessaire. Elle permettrait enfin l’analyse poussée et l’ajustement du poste de travail pour en diminuer la pénibilité physique.  

Les technologies de reconnaissance vidéo 

Par drône ou par caméra, la vidéo trouve progressivement sa place sur les chantiers. Il ne s’agit pas ici de surveillance du travail effectué mais d’un moyen d’avoir une vision globale sur l’activité, afin de déterminer ce qui relève du danger et éviter les accidents.

L’entreprise NVIDIA a mis au point une technologie basée sur la reconnaissance vidéo qui permet de visualiser en 3D les chantiers et différencier les hommes, leurs engins et outils. Elle suit ensuite ces interactions, en relation avec les objets connectés du chantier,  pour veiller à la sécurité du site et de son activité.

Dans la même optique, Colas a développé en partenariat avec Volvo CR une intelligence artificielle qui vient prévenir le conducteur d’engin de la présence d’un collaborateur dans son champ de manœuvre. Cette technologie vient renforcer la vigilance au cœur des chantiers, mais lutte également contre les négligences comme l’oubli du port de son EPI.

En matière de prévention, les technologies numériques associées à la formation du personnel à la prévention des risques sont deux piliers co-dépendants qui permettront de réduire significativement les accidents du travail dans le secteur du BTP, où les chutes et accidents liés aux manutentions manuelles sont encore trop récurrents.

* Assurance Maladie Risques Professionnels
** Selon le baromètre ArtiSanté BTP

Partagez cet article

Aide et soin à domicile : comment éviter les risques ?

AIDE ET SOIN À DOMICILE : COMMENT FAIRE POUR ÉVITER LES RISQUES ?

En 2017, la fréquence des accidents de travail baisse dans tous les secteurs à l’exception de celui de l’Aide et du soin à domicile. Même constat pour les maladies professionnelles dont le nombre demeure alarmant à cause, notamment, d’une nécessité récurrente d’aider les patients à se déplacer.  

Aide et soin à domicile : Quels sont les risques reconnus de ce secteur ?

  • Manutentions manuelles – troubles musculo-squelettiques et accidents dus au travail debout avec piétinement, à la manutention de la personne et du matériel, aux gestes répétitifs, aux domiciles inadaptés et aux déplacements extérieurs),
  • Chutes de plain-pied – glissade au sol, port trop lourd d’un patient, chutes au domicile de la personne ou au cours des déplacements extérieurs, etc.,
  • Chutes de hauteur – chute d’un escabeau ou autre équipement, chute dans les escaliers, etc.,
  • Risque électrique – équipements de travail inadaptés, en mauvais état ou non maîtrise de l’utilisation (engins ménagers).

Quelles solutions pour éviter les risques sur son lieu de travail ?

Pour favoriser la santé et la sécurité des salariés, il est nécessaire de mettre en place une démarche prévention au sein de votre entreprise.
La prévention des risques professionnels permet de lutter contre les accidents de travail et de contribuer à la baisse des maladies professionnelles, tout en diminuant les risques d’épuisements physiques liés au métier.
En complément de la prévention, la formation contribue à corriger les méthodes de travail et en améliorer les conditions, et permettre à vos salariés d’être capable de préserver leur corps, leur santé, dans un cadre sécuritaire pour eux comme pour leurs patients.

Quelles formations pour répondre aux besoins de prévention des risques dans le secteur de l’aide et du soin à domicile ?

Optimiser les conditions de travail de l’employé,
Améliorer le confort, les soins et la sécurité apportés aux patients,
Répondre aux besoins techniques, organisationnels et humains de l’entreprise.

Optimiser les conditions de travail de l’employé,
Améliorer le confort, les soins et la sécurité apportés aux patients,
Répondre aux besoins techniques, organisationnels et humains de l’entreprise.

Être capable de secourir toute personne victime d’un accident de travail ou d’un malaise, en attendant l’arrivée des spécialistes.

Partagez cet article

BTP : réduire les risques par la formation

BTP : RÉDUIRE LES RISQUES PAR LA FORMATION

Dans le secteur du BTP, la fréquence des accidents de travail a baissé de 3 % en 2007. Ce chiffre est tristement contrasté par le nombre de maladies professionnelles qui connait quant à lui une hausse de +3.5 %. Ce secteur à hauts risques invite à redoubler d’effort en matière de prévention et de formation pour parvenir à inverser plus nettement la tendance.

BTP : quels sont les risques les plus fréquents ?

  • Manutentions manuelles – le port de charges lourdes ou la manipulation des différents matériaux de chantier favorisent les troubles musculo-squelettiques ou les lombalgies,
  • Accidents avec engins de travaux – la mauvaise manipulation des engins, les engins défectueux ou mal entretenus et le non-respect des consignes de sécurité par les conducteurs sont des causes d’accidents de travail,
  • Chutes de hauteur – les chutes des échafaudages ou des nacelles,
  • Outillage à main – les accidents surviennent surtout sur les machines en atelier (en dehors des chantiers).

Quelles solutions pour éviter les risques sur son lieu de travail dans le secteur du BTP ?

Tous les acteurs d’une entreprise doivent être conscients des risques présents dans leur secteur. Pour cela, une politique de prévention doit être mise en place par l’ensemble des instances impliquées : la direction, les maîtres d’ouvrage, les personnes chargées de la sécurité, les salariés et leurs représentants.
La formation est l’une des actions majeures dans une démarche prévention. De nombreux organismes externes peuvent intervenir pour sensibiliser et former le personnel aux dangers liés à leur activité.

Résultats attendus de l’action de formation.

  • faire prendre conscience des dangers inhérents au secteur du BTP,
  • parvenir à diminuer les risques d’accidents du travail et de maladies professionnelles

Vous travaillez dans le secteur du BTP, ces formations peuvent répondre à vos besoins.

Être capable de secourir toute personne victime d’un accident de travail ou d’un malaise, en attendant l’arrivée des spécialistes.

Être habilité à réaliser des opérations sur ou à proximité d’une installation électrique par l’employeur, en sécurité vis-à-vis des réglementations électriques.

Être habilité à réaliser des opérations électriques pour les travaux au voisinage de basse tension.
Savoir reconnaitre les risques électriques et appliquer les règles de sécurité.

Être habilité à réaliser des opérations électriques pour les travaux au voisinage de basse tension.
Savoir reconnaître les risques électriques et appliquer les procédures de travail dans le cadre des interventions basses tensions élémentaires sur circuits terminaux (conformément à la norme NFC18-510)

Conduite d’engins de chantier télécommandés ou à conduite portée (Recommandation R372) (CACES) :

Obtenir l’autorisation de conduite (CACES) par l’employeur en conformité avec la législation.

Partagez cet article

Le secourisme au programme de l’examen du permis de conduire

LE SECOURISME AU PROGRAMME DE L’EXAMEN DU PERMIS DE CONDUIRE

À partir du 1er janvier 2018, les nouveaux candidats au permis de conduire seront évalués oralement sur la question des gestes de premiers secours lors de l’épreuve pratique. L’arrêté du 06 Octobre 2017 officialise les modifications des modalités de l’examen du permis de conduire (catégorie B).

Être capable de porter secours en cas d’accident pour passer son permis de conduire

En 2017, 3 693 personnes ont perdu la vie dans un accident de la route selon l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière.

Un grand nombre de vies pourraient être sauvées chaque année si les français étaient mieux formés aux gestes de premiers secours. C’est pourquoi le Ministère de l’intérieur a décidé d’agir pour que chaque conducteur soit capable d’intervenir face à une situation d’urgence. Dans le cadre de la sécurité routière, il a donc publié l’arrêté du 6 octobre 2017 visant à apprendre aux futurs automobilistes les notions principales du secourisme et à améliorer leur capacité à intervenir en cas d’accident de la circulation.

En pratique, tous les nouveaux candidats au permis de conduire devront répondre à une question orale sur les gestes de premiers secours lors de l’examen.

Les premières organisations visées par cet acte sont donc les auto-écoles qui sont tenues d’adapter, dès la nouvelle année, leur programme de cours pour préparer au mieux les futurs conducteurs. La connaissance des gestes de premiers secours fait maintenant partie intégrante de l’obtention du permis de conduire. Il est donc dans l’intérêt des auto-écoles de bien former leurs moniteurs aux gestes qui sauvent.

En quoi consiste la formation secourisme ?

La formation secourisme dure une journée et prévoit une partie de cours théoriques ainsi que des mises en situation réelles. Elle a pour objectif d’apprendre à porter secours à une victime, quelle que soit la situation de danger. À l’issue de la formation, le stagiaire est capable de :

  • Réaliser une protection adaptée du lieu d’accident
  • Examiner la(les) victime(s) avant/et pour la mise en œuvre de l’action choisie en vue du résultat à obtenir
  • Faire alerter ou alerter
  • Secourir la(les)victimes de manière appropriée

Secourisme : comment se former ?

Il est recommandé de suivre votre formation dans un organisme habilité par le réseau assurance-maladie risques professionnels/INRS. Cela vous certifie que l’organisme répond aux 6 critères du cahier des charges établi par le réseau prévention. En effet, l’organisme pour prétendre à l’habilitation doit soumettre :

  • Une présentation juridique et économique de l’organisme,
  • Son expérience et sa motivation à mettre en place le dispositif,
  • Ses moyens humains,
  • Ses moyens logistiques et pédagogiques,
  • Sa promotion et communication,
  • Son adaptation pédagogique.

Pour suivre une formation secourisme classique, l’organisme n’a pas besoin d’habilitation, mais cela reste un gage de qualité et l’assurance que les programmes respectent les recommandations de l’INRS.

Partagez cet article

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visite. Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici.

Bienvenue sur notre nouveau site

Votre navigateur Web (Internet Explorer) n'est pas à jour.
Veuillez télécharger un des navigateurs récents suivant et revenir pour profiter pleinement de notre site.