J’ai mal au dos, que faire ?

Avoir mal de dos, surtout quand la douleur est intense, peut rapidement devenir handicapant au quotidien. Heureusement, il existe des solutions pour les soulager.

Découvrez le deuxième volet de notre interview avec Béatrice Jean, ergothérapeute, avec qui nous avons déjà eu le plaisir d’échanger sur sa profession. En tant que professionnelle de la santé, elle a accepté de nous expliquer son rôle auprès de patients souffrant de maux de dos et partage avec nous quelques exercices à faire pour lutter contre les douleurs lombaires.

Béatrice, quelles sont les causes les plus courantes des douleurs lombaires ?

Les douleurs lombaires peuvent être dues à une lésion des disques ou des tendons, généralement suite à une sollicitation trop importante de la colonne vertébraleport de charge, gestuelle inadaptée, choc, chute… Elles surviennent également à cause de contractures musculaires ou de lésions tendineuses chez des personnes qui travaillent dans des positions prolongées difficiles. Ces contractures peuvent être très douloureuses et handicapantes.

Les douleurs peuvent aussi être la conséquence de mauvaises courbures depuis l’enfance comme la scoliose par exemple, ou survenir dans certaines pathologies lorsqu’une vertèbre glisse sur celle du dessous. Avec l’âge, des phénomènes d’arthrose, ou autres lésions osseuses surviennent.

Enfin, il existe aussi d’autres causes moins visibles comme la sédentarité et le stress. En effet, la situation de stress – personnelle ou professionnelle – crispe et tétanise les muscles de façon tout à fait inconsciente. Ce phénomène correspond à l’expression « en avoir plein le dos », et à tendance à s’ajouter aux autres causes fonctionnelles. Suite à un arrêt de travail prolongé, si la musculature n’est plus entretenue, un déconditionnement peut alors être responsable de l’entretien des douleurs, qui deviennent alors chroniques.

Quel est le rôle de l’ergothérapie sur les douleurs lombaires ?

L’ergothérapeute a avant tout un rôle d’éducateur. Il va aider et conseiller le patient pour éviter une récidive des douleurs :

  • En apprenant les bonnes façons de s’asseoir, se baisser, de bouger ou porter une charge, en évitant la précipitation dans les mouvements et les positions statiques prolongées.
  • En adaptant au mieux l’environnement dans lequel il vit avec des rangements adaptés dans la cuisine par exemple – ce qui est lourd à mi-hauteur, ce que l’on utilise peu, placées en bas, ce qui est léger en haut.

L’ergothérapeute va également apporter de nombreux conseils pour éviter de souffrir des douleurs lombaires comme améliorer sa position de couchage ou s’étirer pour attraper un objet en hauteur. Cette méthode peut être bénéfique pour le dos à la condition de ne pas le cambrer lorsque l’on lève les bras.

Concernant le milieu professionnel, il faut adapter le poste pour limiter le port de charges excessives, organiser les zones de manutention, aménager le bureau de manière à éviter des postures inadéquates tenues de façon prolongée.

Quel traitement recommandiez-vous aux personnes atteintes de maux de dos ?

Retrouver la mobilité dès que c’est possible en marchant, bougeant et en évitant de rester couché. Selon l’intensité de la souffrance, des traitements peuvent être prescrits par des médecins et des chirurgiens.

La douleur est parfois si présente qu’elle « paralyse » et le patient est dans l’incapacité de bouger. Les antalgiques sont alors nécessaires dans un premier temps, pour permettre la rééducation avec le kinésithérapeute.

Quels exercices faciles peuvent soulager les douleurs lombaires ?

Les douleurs se traduisent différemment d’un patient à l’autre. Certains ont mal en marchant, d’autres lorsqu’ils sont assis ou couchés, mais de manière générale, retrouver le mouvement est le plus important. Dans le corps humain, le haut du dos, les cervicales et les lombaires sont liés. Ainsi, pour détendre le dos, il faut concentrer l’ensemble.

Quelques exercices qui font du bien :

  • Pensez à vous étirer le matin dans votre lit avant de vous lever.
  • Pratiquez ce que l’on appelle le « contracter-relâcher » peut soulager vos douleurs – levez fortement les épaules puis relâchez les, rapprochez les omoplates et relâchez.
  • Essayez de trouver un bon alignement de votre colonne lorsque vous êtes assis, en vous grandissant. Vous pouvez utiliser si besoin une assise inclinée vers l’avant ou un coussin.
  • Baissez-vous en utilisant vos jambes, ou en utilisant les fentes (vers l’avant) et en gardant votre dos droit pour attraper un objet au sol.
  • Utilisez des appuis lorsque vous faîtes quelque chose avec le dos en porte à faux. Ce qu’on appelle le « 3ème appui » peut s’appliquer partout. Vous avez les 2 jambes qui vous portent et votre main va supporter également une partie du poids et soulager les douleurs. Par exemple, essuyer une table en posant une main dessus.
  • Mettez-vous à quatre pattes au sol, ou assis sur un petit siège bas dos droit, au lieu de vous pencher en avant pour faire une activité en position basse.

Quelles attitudes sont à bannir de notre vie quotidienne pour éviter le mal de dos ?

La première chose à faire est d’éviter de bouger n’importe comment dans la précipitation. Par exemple, se retourner brusquement dans sa voiture pour gronder un enfant à l’arrière peut suffire à provoquer une douleur, voire léser un disque.

Dans la manutention et le port de charges, il faut utiliser les jambes, les bras et non le dos, en particulier dans les rotations, les torsions et lorsque l’on se baisse pour ramasser au sol. Il est donc recommandé de plier les genoux, remonter à la force des cuisses en bloquant la respiration puis en soufflant et non en utilisant le dos qui doit rester droit et aligné. Enfin, il est préférable d’éviter de rester assis dans la durée sans changer de position, se lever de temps en temps ou faire des mouvements de détente.

Le deuxième chapitre sur l’ergothérapie est terminé, mais retrouvez-nous la semaine prochaine pour le dernier volet de notre interview avec Béatrice, qui concernera l’impact des douleurs lombaires dans le milieu professionnel et des astuces pour aménager son poste de travail en fonction.

Le télétravail en 3 questions pour travailler dans de bonnes conditions

Depuis la crise de la COVID-19, le télétravail a été adopté par de nombreuses entreprises pour éviter les déplacements, les contacts, et ainsi limiter les risques de contaminations. Les employeurs ont dû s’organiser rapidement pour mettre en place le travail à distance pour la majorité des salariés. Si certains étaient déjà habitués à cette pratique, pour d’autres, c’est un challenge d’adaptation à relever. Voici nos conseils pour veiller à ce que le télétravail se déroule dans les meilleures conditions et sans risque pour les salariés.

Télétravail : comment survivre à l’isolement social ?

Le travail à domicile implique un certain isolement et une plus grande autonomie de travail. Pour veiller à ce que cette nouvelle organisation, adopté par de plus en plus de salariés, se déroule sans stress et sans risques, l’employeur doit :

  • prioriser la redéfinition des méthodes de travail,
  • fixer des objectifs clairs sur le plus long terme,
  • et surtout tout mettre en œuvre pour favoriser la communication.

Il est fortement recommandé d’encourager les salariés à utiliser sans modération les outils qu’ils disposent pour garder contact entre collègues comme avec la hiérarchie (réunions et appels en visio, réguliers, plateforme de communication collaborative etc.).

Le maintien des communications et des relations habituelles permettra de lutter contre un isolement néfaste au bien-être. Des échanges réguliers génèrent en plus une forme d’esprit d’équipe et de soutien généralisé propice à la productivité et rassurant, dans ce contexte inhabituel qui peut être porteur de stress.

Pour lutter contre la monotonie des journées, il est également recommandé de :

  • faire des pauses régulières,
  • entrecouper les périodes de travail avec des moments d’activité physique,
  • des étirements, etc.

Face au Covid-19, c’est un effort collectif qui est nécessaire pour s’adapter aux mesures recommandées, mais aussi pour mettre en place les moyens adéquats pour garantir la santé et la sécurité de chacun.

Comment veiller à la santé de vos salariés qui télétravaillent ?

L’employeur est légalement tenu de veiller à la santé de ses salariés. Cette responsabilité conserve sa valeur, quelque soit le lieu de pratique du travail, aussi bien en entreprise, lors des déplacements, que lors du recours au télétravail à domicile.

Pour travailler depuis chez soi dans les meilleures conditions possibles, le salarié doit avoir à disposition le matériel nécessaire à la bonne réalisation de ses missions : matériel informatique, mobilier ergonomique et équipements divers pour l’espace de travail (clé d’accès internet, système de ventilation, éclairage adéquat, etc.). Généralement, le salarié aménage son espace de travail avec son mobilier et ses propres ressources, mais dans le cas contraire, c’est à l’employeur de lui fournir ce dont il a besoin.

En revanche, pour éviter avec plus de certitude que la posture de travail et l’aménagement de l’espace ne nuisent à la santé de ses salariés, l’employeur peut leur faire effectuer une formation aux gestes et postures.

Dans tous les cas, l’employeur doit être très vigilant sur ces points et devra s’assurer de la conformité de l’installation de travail. Il peut pour cela faire appel à une société habilitée qui se rendra sur place afin de lui remettre une attestation de conformité. Sinon, c’est le salarié qui remet une déclaration sur l’honneur que son installation est adaptée à la réalisation de son travail et à la préservation de sa santé.

Comment sécuriser son poste de travail à la maison ?

Les responsabilités de l’employeur vis-à-vis de ses salariés en télétravail concernent également leur sécurité. Une fois encore, elles sont difficiles à mettre en œuvre lorsqu’il s’agit du domicile privé, mais une équipe technique peut également intervenir pour attester du respect des règles de sécurité. Ces règles concernent notamment les installations électriques et/ou les installations à risques mises en place par le salarié. L’employeur devra donc s’assurer que les prescriptions de sécurité spécifiées en entreprise sont également respectées à domicile.

Qu’il s’agisse de la santé ou de la sécurité, un accès au domicile peut être demandé, soumis à l’accord du salarié, pour s’assurer de la conformité de l’espace de travail dans sa globalité. La demande peut être à l’initiative de l’employeur, mais aussi du CSE, ou encore du médecin du travail.

Pour rester au courant des dernières actualités de la santé au travail et pour plus d’informations, n’hésitez pas à nous contacter.

Bienvenue sur notre nouveau site

Votre navigateur Web (Internet Explorer) n'est pas à jour.
Veuillez télécharger un des navigateurs récents suivant et revenir pour profiter pleinement de notre site.