Formation à la gestion d’évacuation

pictoSécurité incendie

Pré-requis

Public visé

Tout salarié d’un établissement recevant du public

Effectif

De 4 à 10 participants

Durée de la formation

1/2 journée

Maintien et actualisation des compétences

L’exercice d’évacuation doit obligatoirement s’effectuer au moins 1 fois tous les 6 mois selon le code du travail. (R 232-
12-21 et R 4227 - 39)

Objectif

Permettre aux participants responsables de la prévention du risque incendie d’effectuer sans panique l’évacuation de leur établissement :

  • Connaître le signal d’alarme, les cheminements, la conduite à tenir pour évacuer
  • Répartir et connaître les missions de chacun, les techniques et consignes d’évacuation

01 Programme

PARTIE 1

  • Définition des missions respectives et spécifiques de chaque stagiaire
  • Modalité de l’alarme d’alerte et de la mise en sécurité des personnes.
  • Technique générale d’évacuation.
  • Techniques d’évacuation spécifique de l’établissement.
  • Précautions à prendre lors d’une évacuation
  • Reconnaitre des itinéraires
  • Signalisation, balisage, consignes et plan de sécurité
  • Point de rassemblement.
  • Visite de l’établissement pour repérer les moyens d’évacuations
  • Exercixes d’évacuation en temps réel pour tout type de population PMR compris.

Méthode pédagogique

  • Théorique et pratique
  • Exposés-débats
  • Exercices pratiques et mise en application sur site

Législation

Articles L 231- 3- 1 du code du travail :
« Tout chef d’établissement est tenu d’organiser une formation pratique et appropriée en matière de sécurité, au bénéfice des travailleurs qu’il embauche.»
Articles R 232-12-21 et R 4227 - 39 :
« La consigne doit prévoir des essais et visites périodiques du matériel et des exercices au cours desquels le personel apprend à reconnaître les caractéristiques du signal sonore d’alarme générale, à se servir des moyens de premiers secours et à écouter les diverses manoeuvres nécéssaires. Ces exercices et essais périodiques doivent avoir lieu au moins tous les six mois. Leur date et les observatoires auxquelles ils peuvent avoir donné lieu sont consignées sur un registre tenu à la disposition de l’inspecteur du travail.»