Accidents et maladies professionnels : comment réduire les risques dans le BTP ?

Accidents et maladies professionnels : comment réduire les risques dans le BTP ?

Chaque année, ce sont 8 millions de jours de travail perdus dans le secteur du BTP, à cause des Accidents du Travail (AT) et des Maladies Professionnelles (MP).

Cela représente pour les entreprises, 36 000 emplois à temps plein, pour un coût direct de plus d’1 milliard d’euros versés au titre de leurs cotisations accidents du travail et maladies professionnelles.

Heureusement, de nombreux dispositifs existent pour réduire ces risques professionnels et ainsi améliorer les conditions de travail et la sécurité de vos collaborateurs. Vos salariés gagnent en motivation et votre entreprise en performance.

On vous présente donc dans cet article 3 étapes à suivre pour limiter les risques dans votre domaine d’activité, le BTP !

1. Tenez-vous informés des obligations et des bonnes pratiques de votre secteur

Dans le secteur du BTP, vous devez savoir qu’en tant qu’employeur, vous avez des obligations légales. Celles-ci sont différentes en fonction de la nature et de la configuration de votre chantier.

Il en existe deux catégories :

  1. Vous évoluez dans un chantier clos et indépendant, vous êtes alors soumis à l’élaboration de la coordination Sécurité et Protection de la Santé (SPS). Celle-ci permet, pour tous chantiers où interviennent plusieurs entrepreneurs ou travailleurs indépendants, de prévenir les risques provenant de leur co-activité et de prévoir la mise en place de moyens communs. Pour ce faire, pensez à établir :
    le plan général de coordination de sécurité et de protection de la santé (PGCSPS) ;
    des plans particuliers de sécurité et de protection de la santé (PPSPS),
    le dossier d’intervention ultérieur sur l’ouvrage (DIUO).
  2. Vous évoluez dans tout autre chantier non clos, indépendant et élaboré par une entreprise externe, vous devrez définir un plan de prévention avant de démarrer votre chantier.   

Ceci concerne les obligations légales.

Il existe aussi d’autres dispositifs non obligatoires mais fortement recommandés pour assurer la sécurité sur votre chantier.

À titre d’exemple, en voici 4 considérés comme indispensables :

Pour en savoir plus, vous pouvez vous référer à l’outil de l’Assurance Maladie, qui liste toutes les recommandations de sécurité du secteur du BTP. 

Identifiez et évaluez les risques de votre entreprise grâce au DUERP

Après avoir identifié vos obligations, il est temps d’évaluer les risques de votre entreprise. C’est le point de départ de toute démarche de prévention.

Alors, comment faire ?

Aidez-vous du Document Unique d’Évaluation des Risques Professionnels (DUERP). C’est un document qui vous permet d’identifier, d’analyser et de classer chaque risque de votre structure afin de trouver les actions de prévention adaptées à ces derniers.

En cas d’accident dans votre entreprise, pensez aussi à mettre en place des actions correctrices pour éviter que cela ne se reproduise. C’est une mesure inscrite dans le Code du Travail.

Si vous êtes une entreprise comptant moins de 50 salariés, pour vous aider à élaborer votre plan d’action, un outil en ligne que propose l’INRS, est à votre disposition. Il vous permettra également de compléter votre DUERP.

Mettez en place des mesures de prévention simples et efficaces pour réduire les risques du BTP

Pour vous aider dans cette dernière phase du processus, voici quelques dispositifs essentiels à votre démarche de prévention qui vous permettront de limiter les risques professionnels sur vos chantiers :

1. La sélection et l’entretien du matériel 

Afin d’éviter tout problème de santé et de sécurité, il faut être attentif au matériel choisi, que ce soit pour aménager un nouveau local ou bien pour remplacer des équipements défectueux.

2. L’intégration des nouveaux salariés en toute sécurité  

Saviez-vous que 25 % des accidents du travail se produisent chez les salariés ayant moins d’1 an d’ancienneté ?

C’est pourquoi l’accueil sécurité des nouveaux salariés est essentiel. Elle permet d’informer et de sensibiliser les nouveaux travailleurs sur les spécificités de votre entreprise et de prendre conscience des risques et des bonnes pratiques à adopter.

Comment vous y prendre ? Par exemple :  

  • Prévoir un kit prêt à l’emploi pour qu’ils puissent retrouver toutes les informations nécessaires à leur intégration.
  • Préparer une présentation de l’entreprise et de ses spécificités en matière de sécurité. 
  • Désigner un de vos salariés pour qu’il l’accompagne sur les premières semaines de son arrivée.

3. Former votre personnel aux risques des métiers du BTP

Étape indispensable pour protéger vos collaborateurs, il existe beaucoup de formations sécurité adaptées à votre secteur. En voici quelques-unes :

  • La formation Gestes et Postures qui a pour objectifs de prévenir les risques dorso-lombaires et musculosquelettiques et d’appliquer les techniques de gestes et de postures de travail adaptées pour atténuer la fatigue et réduire la fréquence des accidents.
  • La formation Sauveteur Secouriste du Travail – SST qui permet à vos collaborateurs d’être capables d’intervenir pour porter secours à toute victime d’un accident du travail en attendant l’arrivée des secours spécialisés.
  • La formation PRAP IBC, essentielle pour que vos salariés puissent identifier les différentes atteintes à la santé, susceptibles d’être encourues et de participer à la maîtrise et à la prévention du risque.
  • Les formations habilitation électrique nécessaires à vos salariés pour repérer les risques électriques, exécuter des travaux d’ordre non électrique, des interventions de remplacement ou de raccordement et effectuer toutes manœuvres en parfaite sécurité, dans le respect des prescriptions établies et textes réglementaires.

S’informer. Identifier les risques. Agir.

Vous connaissez à présent les 3 étapes essentielles pour réduire les risques sur vos chantiers et ainsi protéger vos collaborateurs.

C’est un investissement important pour les entreprises mais qui vous sera rentable sur le long terme et qui améliorera la performance de votre société.

Vous souhaitez former vos salariés ? Contactez-nous.

Partager l'article
Vous aimerez aussi
passeport-de-prévention

Passeport de prévention : le nouveau décret en 4 questions !

Publié au journal officiel le 30 décembre 2022, le dernier décret relatif au passeport de prévention nous apporte de nouvelles informations. Alors que plusieurs dispositifs avaient été annoncés, des précisions devaient être apportées avant leur mise en place. Alors, que dit ce nouveau décret ? Au travers de ce dernier, le comité national de prévention et de santé au travail détaille l’ensemble des « modalités de mise en œuvre du passeport de prévention et de sa mise à la disposition de l’employeur », en application de l’article L. 4141-5 du code du travail. Nous vous proposons de découvrir les grandes lignes de ce décret au travers d’une série de 4 questions/réponses. Qui peut renseigner le passeport de prévention et dans quelles mesures ? Le titulaire du passeport (travailleur ou demandeur d’emploi), l’employeur ainsi que les organismes de formation pourront renseigner le passeport de prévention. Les organismes de formation, dans le cadre des formations relatives à la santé et la sécurité au travail, devront renseigner le passeport avec les éléments dont ils disposent (certificat de réussite, attestation de suivi de formation, diplôme, etc.). Cependant, l’employeur sera tenu responsable de la conformité des déclarations de formation de ses salariés lorsqu’elles seront à sa demande. Selon les mêmes modalités qu’on organisme de formation, l’employeur pourra lui aussi compléter le passeport d’un employé. Il devra donc vérifier que les passeports de prévention de ses collaborateurs ont bien été mis à jour.Selon l’article L.4741-1 du Code du travail, l’employeur s’expose à des sanctions pénales en cas de manquement à ses obligations (soit une amende de 10 000 euros autant de fois qu’il y a de travailleurs concernés par l’infraction). Le titulaire pourra également compléter son passeport de prévention lorsqu’il suivra des formations de sa propre initiative.   Quelles formations peuvent être ajoutées au passeport de prévention

Lire la suite
en-forme-nouvelle-année

Démarrer l’année en forme : les conseils qui fonctionnent

Ça y est, 2023 est là ! Et qui dit nouvel an, dit nouvelles résolutions.

Et si, cette année, votre souhait était simplement d’être en forme et en bonne santé ? Eh oui, parce qu’on la connaît tous l’histoire des multiples résolutions du 1er janvier qui finissent aux oubliettes quelques semaines après.

Lire la suite

Rejoignez la communauté !

Tous les 15 jours dans votre boîte mail, c’est une info à ne pas manquer ou un conseil utile pour assurer la santé et la sécurité de vos collaborateurs.

JE POSTULE

Accidents et maladies professionnels : comment réduire les risques dans le BTP ?
Envoyez-nous vite votre candidature, nous aimerions en savoir plus sur vous !