Risque chimique : comment établir une démarche de prévention efficace

Risque chimique : comment établir une démarche de prévention efficace

En France, le risque chimique est la deuxième cause de maladies professionnelles. Chaque année, il est responsable d’environ 1800 cancers professionnels reconnus. Selon une étude de l’Ifop, 89 % des entreprises utilisent et manipulent des produits chimiques régulièrement.

C’est pourquoi, il est fortement recommandé à ces structures d’établir une démarche préventive contre ces risques. Il est donc essentiel, afin de veiller à la santé et la sécurité de vos équipes, de mettre en place dans votre établissement votre propre démarche de prévention du risque chimique. Vous ne savez pas comment vous y prendre ? On vous donne les grandes étapes de cette démarche dans notre article !

Quels sont les risques chimiques présents dans votre établissement ?

L’étape préalable à votre démarche de prévention des risques chimiques est l’évaluation des dangers de votre entreprise. Bien menée, elle vous permettra par la suite de construire votre plan d’actions de prévention.

Cette première étape se divise en deux parties :  

1. Repérer les produits et répertorier leurs dangers dans un inventaire

Etape longue, mais primordiale, la réalisation d’un inventaire des produits utilisés, stockés ou en passe d’être éliminés est la base de l’étape d’évaluation.

Pour ce faire, votre entreprise doit prendre en compte :

  • les produits utilisés (produits de nettoyage, peinture…) ;
  • les matières premières ;
  • les sous-produits (y compris ceux qui sont émis par des procédés ou des opérations : émissions de fumées, produits de dégradation, brouillard, poussières…) ;
  • les déchets.

Important ! Votre entreprise gagnera en prévention en triant et en éliminant les produits stockés qui n’ont plus d’utilité ou qui sont dégradés.

2. Analyser leur mise en œuvre pour évaluer les conditions d’exposition

Après avoir procédé à l’inventaire, caractérisez les dangers des produits. Pour cela, exploitez les documents suivants :

  • étiquettes des produits ;
  • fiches de données de sécurité ;
  • fiche d’entreprise établie par le médecin du travail ;
  • rapports d’incident ;
  • comptes rendus du CSE…

Attention ! De nombreux produits chimiques tels que ceux émis par des procédés (comme les poussières de bois, les fumées de soudage, les gaz d’échappement, …) ne disposent pas d’étiquette mais comportent tout de même des dangers. Il faudra alors effectuer des recherches d’informations complémentaires.

Ensuite, analysez les émissions et les expositions pour caractériser les risques. L’analyse de ces données doit se porter sur les conditions normales d’utilisation, mais aussi sur les expositions accidentelles.

Votre observation devra alors se faire au cœur de l’activité réelle, au plus proche des salariés.

Voici le type d’informations à collecter :

  • Organisation du travail
  • Nature des opérations et procédés mettant en œuvre les produits chimiques
  • État des produits ou matériaux mis en œuvre (liquide, solide, poudre, fibres, gaz…) et leur volatilité
  • Modes d’émission (projection mécanique, système d’évacuation des gaz, volatilisation de liquide, contamination de surfaces…)
  • Quantités utilisées, produites ou stockées
  • Voies d’exposition (inhalation, contact cutané ou ingestion accidentelle)
  • Durées et fréquences d’exposition
  • Efficacité des moyens de prévention existants (ventilation générale, captage localisé…)

Définir un plan d’action pour lutter contre le risque chimique

Une fois l’évaluation des dangers et des expositions terminée, votre entreprise doit hiérarchiser les risques, puis mettre en place un plan d’actions de prévention.

Pour établir votre hiérarchie, vous prendrez en compte les éléments suivants :

  • nombres de salariés exposés et bénéficiant de l’action de prévention ;
  • impacts sanitaires (suppression ou diminution du risque, déplacement du risques…)
  • faisabilité technique et humaine ;
  • approche coûts/bénéfices (impacts des accidents du travail, des maladies professionnelles et des risques majeurs par rapport aux investissements en prévention)
  • délai de mise en œuvre effective de l’action ;
  • exigences réglementaires spécifiques ;
  • autres (impacts sur la qualité et la fiabilité de la production, compatibilité avec des exigences internes à l’entreprise…).

A partir de ces données, vous apportant une meilleure vision des priorités, vous pouvez établir votre plan d’actions de prévention.

L’INRS recommande de l’ordonner en 3 axes de travail (la protection collective, la protection individuelle et la formation professionnelle) pour lesquels il conviendra de dresser :

– les objectifs à atteindre ;

– les échéances ;

– les moyens associés devant être mis en place par l’entreprise (organisationnels, humains, techniques et financiers).


Voyons plus en détails ces 3 axes afin de comprendre leurs enjeux en matière de prévention.

1. Protection collective

Les mesures de protection collective s’appliquent lors de l’utilisation des produits (manipulation, fractionnement, transvasement…), de leur stockage, des transports ou encore au cours de la gestion des déchets. Elles ont pour objectifs de :

  • réduire les quantités de produits chimiques dangereux présentes dans l’entreprise ;
  • réduire le nombre de salariés exposés ;
  • réduire la fréquence et la durée d’exposition des salariés aux risques chimiques.

Ces mesures de protection collective peuvent être d’ordre organisationnel ou technique. Elles doivent être mises en œuvre en priorité dans votre démarche de prévention.  

2. Protection individuelle

Maintenant que vous disposez d’une protection collective, il est important d’inclure dans votre démarche la mise à disposition d’équipements de protection individuelle (EPI) adaptés aux risques.
Il est recommandé d’assurer l’entretien et de remplacer les équipements si besoin.
Également, cette démarche peut être l’occasion de contrôler la conformité des équipements (certifiés CE), et leur correspondance aux tâches effectuées.

3. Formation professionelle

La formation et l’information font partie de vos devoirs d’employeur et doivent donc être au cœur de votre démarche de prévention.
Elles permettent notamment de sensibiliser les salariés aux risques chimiques liés à leur poste, et fournir les compétences nécessaires pour contrôler leur environnement de travail.

Adressés à tous les salariés intervenant dans l’entreprise, les actions d’information et de formation peuvent prendre différentes formes : réunion de sensibilisation, affichage, procédure d’accueil de nouveaux salariés, document écrits, campagnes d’informations…

En revanche, le contenu doit être adapté aux risques spécifiques de votre entreprise et vous devez actualiser régulièrement les renseignements en fonction des connaissances acquises.

Voici quelques points essentiels sur lesquels doit porter l’information et la formation :

  • la catégorie des produits chimiques nocifs qui sont présents sur le lieu de travail et au sein de l’entreprise ;
  • la capacité à utiliser et à comprendre les informations concernant les risques associés aux produits utilisés, telles que les étiquettes et les fiches de données de sécurité ;
  • les dangers potentiels d’exposition sur le lieu de travail et les mesures préventives à prendre (pouvant être présentées dans un document d’instructions spécifique au poste) ;
  • les actions à entreprendre en cas d’urgence, y compris l’utilisation des équipements de secours et les procédures à suivre en cas d’accident ;
  • les directives à suivre telles que les règles d’hygiène, les procédures d’exploitation, les procédures spécifiques, les zones d’accès restreint, l’utilisation des dispositifs d’aspiration à la source, l’obligation de porter des équipements de protection individuelle.

Formez-vous aux risques chimiques avec SafetyFirst Formation

Nous proposons une formation pour informer sur le contexte particulier du travail sur site chimique et sensibiliser vos collaborateurs aux risques représentés par les produits et substances chimiques, ainsi que leurs installations. 

Pendant une demi-journée, vos collaborateurs apprennent à :

  • Se protéger contre les risques chimiques,
  • Respecter les consignes de sécurité,
  • Réagir en cas d’accident chimique.

Cette formation peut se réaliser dans une de nos salles partout en France, ou directement dans vos locaux, au plus proche du risque.

Contrôlez l’efficacité de votre plan de prévention

Une fois votre plan de prévention mis en place, contrôlez régulièrement son efficacité. Chaque action conduite doit faire l’objet d’une évaluation. Il s’agit de comparer les résultats avec les objectifs fixés.

Pour mesurer l’efficacité des actions, la mise en place de critères ou d’indicateurs est alors nécessaire (par exemple : nombre d’accidents du travail, de maladies professionnelles, quantité d’incidents recensés, etc.).

Vous devrez également vérifier le maintien dans la durée de la pertinence et de l’efficacité des actions de prévention, de l’organisation qui les encadre et des indicateurs qui permettent de les évaluer.

Vous connaissez à présent la marche à suivre pour lutter contre le risque chimique !
En évaluant méthodiquement les risques présents dans votre entreprise et en déployant votre plan de prévention sur tous les axes nécessaires, vous agirez pour la santé de vos salariés, comme pour la pérennité de votre entreprise (augmentation de la rétention salariale, diminution des coûts liés à l’absentéisme, réduction des dégâts matériel…).

Vous souhaitez en savoir plus sur notre formation contre les risques chimiques ? Contactez-nous !

Source : inrs.fr

Partager l'article
Vous aimerez aussi
sport-en-entreprise

9 raisons de développer le sport dans votre entreprise

Ce n’est plus un secret pour personne : pratiquer une activité sportive régulière est essentiel pour maintenir une bonne santé physique et mentale.

Pourtant, les entreprises françaises sont celles qui investissent le moins dans le développement du sport, comparé à nos voisins européens.

Lire la suite
semaine-de-la-qvct

Semaine de la QVCT – Comment la mettre en place dans votre entreprise ?

– 25 % d’absentéisme, c’est ce que vous pouvez gagner en mettant en place une démarche QVCT, selon une étude de “The Art of Health Promotion”. D’ailleurs, du 19 au 23 juin aura lieu la 20ème édition de la Semaine de la Qualité de Vie au Travail. Pour l’occasion, celle-ci devient la Semaine de la Qualité de Vie et des Conditions de Travail – QVCT. Alors, chefs d’entreprise, RH, et si vous profitiez de cette occasion pour organiser un événement autour de cette thématique dans votre entreprise ? En plus de renforcer la cohésion des équipes et améliorer la motivation de votre personnel, vous pourrez détecter et apporter des solutions aux problématiques qu’ils rencontrent. En effet, cette semaine est un excellent moyen pour identifier les bonnes pratiques qui permettront une meilleure qualité de vie au travail, gage de productivité, d’épanouissement et donc, de performance pour l’entreprise. Et pour vous aider à mettre en place la semaine de la QVCT dans votre entreprise, voici 5 étapes à suivre pour y parvenir.   1. Identifiez les besoins et les problématiques de vos collaborateurs La première étape consiste à faire un diagnostic de votre entreprise. Où en êtes-vous en matière de QVCT ? Quelle est votre position concernant les différents axes de la QVCT ? Quels sont les attentes et besoins de chaque membre de votre entreprise ? Cet état des lieux va vous permettre d’identifier les pistes sur lesquelles vous appuyer pour choisir les actions que vous allez mettre en place. Et pour vous aider à établir ce diagnostic, plusieurs solutions s’offrent à vous : 2. Définissez le contexte de votre entreprise Une fois que vous avez identifié les problématiques de votre société, il faut savoir quelles sont les ressources dont vous disposez pour mener à bien votre projet. Vous pouvez ainsi vous poser plusieurs questions : Avec ces

Lire la suite

Formation présentielle ou digital learning, comment choisir ?

Vous en avez forcément déjà entendu parler, de plus en plus d’entreprises l’adoptent, la formation en digital learning rencontre un certain succès ces derniers temps.

Comme la majorité des tâches professionnelles effectuées à distance, la crise du Covid-19 est à l’origine de son développement.

Lire la suite

Rejoignez la communauté !

Tous les 15 jours dans votre boîte mail, c’est une info à ne pas manquer ou un conseil utile pour assurer la santé et la sécurité de vos collaborateurs.

EXCELLENT note
Basée sur 542 avis
Super formation SST de deux jours avec Amaury
jules kirscher
jules kirscher
03/05/2023
Merci à Amaury pour cette formation sur deux jours, très pédagogue et à l’écoute. Explication clair et explicite.
Yasser Kherradji
Yasser Kherradji
03/05/2023
super formation avec amaury très pédagogue et a l’écoute je conseille
Nathan Heritier
Nathan Heritier
03/05/2023
Super formation by Amaury
Kaslou
Kaslou
03/05/2023
Super formation SST, très fun et enrichissant. Merci à Amaury pour ces deux journées
Ludovic Lopez
Ludovic Lopez
03/05/2023
Top la formation. Amaurie super formateur.
NeoN
NeoN
03/05/2023
très bien, comprehensible et formation au top
ok dacc
ok dacc
02/05/2023
Très bien
Dorinia Bukuru
Dorinia Bukuru
02/05/2023
Au top !
Mogo Pruvost
Mogo Pruvost
02/05/2023

JE POSTULE

Risque chimique : comment établir une démarche de prévention efficace
Envoyez-nous vite votre candidature, nous aimerions en savoir plus sur vous !